Petit guide pour prendre soin de vos rosiers

Qui n’a pas un rosier dans son jardin ? Qui ne s’est pas posé de questions quand des taches noires ou de la rouille appraissent sur son rosier ? J’ai donc fait un récap de tout ce qui’il faut savoir à travers ce petit guide pour prendre soin de nos rosiers ! Ces arbustes à fleurs sont les préférés de la plupart des amateurs et professionnels de fleurs et de jardin. A travers le monde, ils sont plantés pour la plus grande joie de tous. De par leurs couleurs, leur parfums, leurs variétés et leurs spécificités, ils ont conquis le monde ! Je leur dois bien cela 🙂

Par leur grande tolérance aux agressions (température, nuisibles) ils sont d’une culture assez aisée et les soins qu’on leur apportera ne les rendront que plus grandioses.

Comment planter un rosier ?

On peut planter les rosiers de novembre à mars lorsque le sol est encore meuble et non gelé.

Il faut savoir qu’un rosier a besoin d’un minimum de 4 heures de soleil par jour, il s’épanouira bien mieux et plus vite. Evitez les zones d’ombre.

Il faut prévoir de l’espace tout autour du pied (trou d’environ 40 cm) pour que les racines de votre rosier ne viennent buter les racines des autres plantes (haies, arbres, arbustes…)

Vous pourrez ajouter un peu de fumier au niveau du trou pour renforcer le plant.

Il vous faudra au minimum une fourche, une bêche, un arrosoir ou autre contenant pour effectuer la plantation de votre arbuste préféré.

Prendre soin de son rosier :

Nettoyage : Coupez les fleurs fanées tout au long de la belle saison pour favoriser la floraison.

Alimentation : Prévoyez de leur donner de l’engrais spécial rosiers en début de saison(avril) et mi saison (juillet). Déposez le au pied du rosier en l’enterrant légèrement.

Paillage : couvrez le pied de vos rosiers en utilisant fumier décomposé, compost, feuilles mortes, siure de bois… le but est de protéger la terre et idéalement la nourrir. De plus, le paillage retient l’eau de l’évaporation, surtout pendant la saison chaude, et limite les mauvaises herbes.

Traitement : Si vous constatez des maladies sur vos rosiers, pulvérisez un fongicide bio correspondant à la maladie, jusqu’à ce qu’elle disparaisse.

L’arrosage : Les rosiers adorent l’eau. N’hésitez pas à arroser au pied du végétal généreusement de mars à octobre. Un seau de 10 litres par pied est recommandé, au moins 2 fois par semaine. Les nouveaux rosiers sont encore plus sensibles. En période de grande chaleur, arrosez plus souvent, il vous remerciera par sa floraison !

Connaître les maladies pour mieux prendre soin de ses rosiers :

Les rosiers, suivant les variétés, sont des végétaux plus ou moins sensibles aux maladies et nuisibles.

Voici les principales maladies que tout jardinier a rencontré tout au long de la croissance de son (ses) rosier(s) :

Odium : c’est en période de sécheresse que cette maladie se fait remarquer. Elle couvre les tiges et les feuilles d’une poudre gris clair. Il s’agit d’un champignon microscopique qui se développe lorsque les rosées du matin apparaissent et que les nuits sont humides (souvent au printemps et à l’automne). Quand l’oïdium est bien visible, c’est que la maladie est installée. Pour limiter au maximum, prévoyez de l’espace entre les végétaux pour laisser l’air circuler. Le paillage minéral (galets, cailloux..) et végétal (lin, chanvre) , évitez les écorces de pin, trop acides pour les rosiers est un bon moyen de limiter cette maladie. Une pulvérisation de lait, une décoction de tiges de prêle, de la bouillie bordelaise donnent aussi de bons résultats.

Pucerons :

Pucerons

Ces petites bestioles peuvent infester vos rosiers si vous ne traitez pas. Ils s’attaquent aux jeunes tiges, feuilles et boutons du rosiers. S’ils ne sont pas nombreux, faites les tomber à la main (avec gants) s’ils sont trop nombreux, une méthode simple et qui marche, pulvérisez de l’eau savonneuse ! Bien sur favorisez la présence des coccinelles et chrysopes. Autre technique efficace, plantez aux pieds de vos rosiers lavande, Tanaisie, thym, menthe poivrée… ces odeurs dérangent les pucerons et donc les repoussent 🙂

Marsonia :

Ce sont des taches noires et jaunes qui apparaissent sur les feuilles et les fond tomber. Cette maladie est elle aussi due à un champignon. Elle apparait souvent en juin et est très contagieuse. Pour lutter contre celle-ci, pulvérisez sur les feuilles de la bouillie bordelaise. Il faut aussi supprimer les feuilles atteintes pour éviter la contamination. Au moment de la taille, aérer l’arbuste en coupant les petites tiges intérieures pour faire passer l’air et le soleil !

Rouille :

rouille

Pour la rouille, vous observez sous les feuilles une couleur orangée avec des points jaunes sur le dessus. La rouille apparait lorsque le taux d’humidité est élevé.

Conséquence : encore une fois, chute des feuilles et affaiblissement du rosier. Si votre rosier est atteint de rouille, supprimez toutes les feuilles atteintes et plantez de la ciboulette au pied de votre rosier. Vous pouvez également pulvériser une décoction de prêle.

Il existe des rosiers labélisés et résistants aux maladies : ADR label Allemand et AAZRS Label Américain.

La taille des rosiers (voir mon article sur la taille de mon Pierre de Ronsard)

Pour avoir de beaux rosiers et les voir s’épanouir merveilleusement, il est très recommandé de procéder à la taille au moins une fois par an : entre janvier et février. Mais vous avez jusqu’en mars pour rattraper le coup 🙂

Qu’est ce que la taille du rosier et pourquoi tailler ?

Elle a pour objectif de retirer tous les bois morts, tiges faibles, malades ou en mauvais état. Elle permet de former un arbuste harmonieux et bien structuré et favorise les nouvelles pousses.

Pour effectuer une bonne taille :

  • supprimez 2/3 à ¾ de la longueur des branches
  • gardez 3 bourgeons sur les petits rameaux et 4 ou 5 sur les plus gros
  • coupez au dessus des bourgeons
  • retaillez de moitié les branches qui ont portées les fleurs après la première floraison, la seconde n’en sera que plus belle.

Pour effectuer une taille dans de bonnes conditions, utilisez une paire de gants, un sécateur, une petite scie, une échelle, uncoupe branche pour les grands rosiers.

Trucs et astuces pour un jardin plein de roses :

En buisson :

Pour créer un bel effet de volume, plantez serré (minimum 30 cm) deux pieds de la même variété. Ils grandiront ensemble et donneront l’effet buisson recherché, l’esthétisme de votre jardin n’en sera que plus remarquable. Créez des variations de hauteur en plantant les grands rosiers dans le fond et les plus petits et odorants plus en avant.

En pot :

Beaucoup de rosiers peuvent poussent très bien en pot. Il faut, bien sur, utiliser des pots en propotion à la taille (adulte) du rosier avec une profondeur de terre suffisante. Par contre du fait qu’ils soient en pot, il faudra arroser très régulièrement votre arbuste si vous voulez qu’il soit beau et florissant. Sélectionnez des variétés qui se comportent bien en pot, cela vous permettra de profiter de vos rosiers même sur votre terrasse ou votre balcon !

Associations de fleurs vivaces et annuelles

Créer une association de rosiers et de fleurs vivaces et annuelles va apporter à votre coin de jardin un effet plein de volume et de couleurs !

Toujours garder en tête :

  • en arrière, les rosiers de grande taille,
  • au milieu des fleurs annuelles ou vivaces de moyenne taille (Campanules à feuilles de pêcher, Delphiniums, Iris, Digitales, Marguerites, Coquelourdes),
  • en avant, les fleurs de plus petites tailles (Géraniums vivaces, Aubriètes, Campanules des murs, Lobelia, Ceraistes)
  • Pensez à mettre des fleurs bleues aussi car il n’existe pas de vraies roses bleues !
  • Chaque fleur prendra sa place à la longue et grossira au fil des saisons, n’en mettez pas trop 🙂

J’aime bien créér une unité en utilisant une seule couleur de roses, cela apporte un coté calme et détente au jardin. Pour les petits jardin, c’est idéal !

Jouez avec les couleurs :

Plusieurs couleurs de roses donneront un effet plus peps et dynamique à votre jardin, idéal pour les jardins un peu plus grands, mais à mon avis, ne dépassez pas 3 couleurs… ce ne sera que plus harmonieux. !

Pour un effet plus admirable encore, plantez des rosiers de la même variété par 2 ou 3 pour que les couleurs s’imposent plus facilement à l’oeil et pour l’esthétisme du jardin 🙂

Le blanc s’associe à toutes les couleurs, pour les rosiers, c’est pareil. Le orange, rose, jaune, rouge … rendent le rosier encore plus lumineux de part l’opposition des couleurs

Les rosiers rouge, rose ou orange peuvent aussi etre d’un bel effet autour d’une arche ou pergola…

Jouez avec la hauteur aussi !

Les rosier lianes ou grimpants sont parfait contre un mur, une cloture, une barrière. Ils attirent l’oeil par leurs floraisons et permettent de masquer un mur pas très beau.

Les rosiers tiges, comme des petit arbres, peuvent être plantés en pot ou dans une allée pour dessiner le chemin 😉

Rappel des étapes importantes dans l’entretien d’un rosier :

  • Janvier et Février : vous pouvez débuter la taille de vos rosiers
  • Mars: vous pouvez pailler le pied de votre rosier et utiliser du fumier décomposé, griffez un peu la terre, il n’en sera que plus efficace.
  • Avril : Prévoyez un peu d’engrais dès le début du mois et traitez les maladies s’il y en a (Oïdium, pucerons, Rouille…)
  • Mai : traitez les maladies si nécessaire
  • Juin – Juillet – Août – Sept. -Oct. : Coupez les fleurs fanées des rosiers remontants après la première floraison . Apportez de l’engrais. Continuez à traiter si maladies.
  • Nob. – Déc. : Il est temps que vos rosiers se reposent durant l’hiver 🙂

J’espère que ce petit récap vous aura plu et aidé sur les informations à connaître et la marche à suivre pour avoir de beaux rosiers en bonne santé ! 🙂

N’hésitez pas à me suivre sur www.instragram.com/lilisebeth

Merci !

Suivez-moi et partagez, merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *